Sommaire

La rupture du frein, un sujet qui fait frémir plus d’un homme quand il est abordé car concerne un organe particulièrement sensible et plus d’un homme panique lorsque cet accident lui arrive… Mais qu’en est-il vraiment ? 
Cet accident est-il si terrible et grave que son nom laisse à penser ?

La rupture du frein – Qu’est-ce que c’est ? 


Pour commencer, un peu d’anatomie : le frein est la petite peau reliant le prépuce au gland de l’organe masculin et qui permet notamment le décalottage. Essentiellement lors de rapports sexuels, ce frein peut se rompre : il s’agit de la rupture du frein, qui peut être partielle ou totale. 
Au cas où vous imaginiez déjà votre prépuce se séparer subitement du reste de votre organe, rassurez-vous : en réalité, le frein ne se “rompt” jamais totalement, et le terme de déchirure est donc davantage approprié. 
De même, les hommes circoncis peuvent être sereins : vous ne pouvez pas être victime d’une rupture de frein étant donné votre absence de prépuce (ouf !)

Quelles sont les causes d’une rupture du frein ? 

La rupture du frein intervient presque toujours lors d’un rapport sexuel, suite à des mouvements brusques ou bien une lubrification trop pauvre mais peut également arriver lors de la masturbation pour les mêmes raisons. Du fait d’allers et retours non lubrifiés, les frottements fragilisent le frein qui finit par céder. 
Ainsi, les jeunes hommes peu expérimentés sont souvent les plus à risque car ne maîtrisent pas encore certains gestes et ressentis. 
Chez les hommes plus mûrs sexuellement, la rupture du frein survient souvent un jour d’excitation intense où l’érection est très vive, entraînant donc une frénésie et une précipitation plus importantes que d’habitude. 

La rupture du frein est-elle douloureuse et comment la détecter ? 

Au moment de la déchirure se manifeste souvent une douleur vive accompagnée d’un saignement important. Ce dernier peut être très impressionnant du fait que l’artériole du frein (le pénis étant une zone très vascularisée) est touchée et le pénis gorgé de sang mais il faut avoir à l’esprit qu’il s’agit d’un saignement sans gravité qui se stoppe rapidement. 
La douleur peut être modifiée par l’excitation mais ne doit pas être négligée et l’activité sexuelle doit être stoppéeimmédiatement. 

Dans de rares cas, la rupture est progressive et se renforce sur plusieurs jours ou plusieurs semaines, déchirant petit à petit le frein qui devient fibreux et n’entraînant pas de saignement. Généralement, l’homme concerné ne ressent alors pas de douleur et met du temps à se rendre compte de la blessure. 

Comment réagir face à une rupture du frein ? 

La première étape lorsque le frein lâche est de le comprimer à l’aide de compresses jusqu’à ce que le saignement cessepuis de désinfecter la plaie (attention à utiliser un antiseptique doux, sans alcool sinon… aïe !) pour éviter toute infection. Il est inutile de paniquer car la rupture du frein est, à défaut d’être impressionnante, relativement bénigne. Cependant, le manque d’informations concernant cet accident a tendance à générer beaucoup d’angoisse auprès des hommes touchés qui ont alors les mauvais réflexes sur la prise en charge initiale du saignement ainsi que du risque infectieux. Une consultation rapide chez un médecin généraliste ou un urologue est très fortement conseillé afin de surveiller si la cicatrisation est en bonne évolution ou non. L’application quotidienne d’une crème cicatrisante permettra une guérison plus rapide. 

Un délai d’abstinence de quinze jours est nécessaire avant de pouvoir reprendre toute activité sexuelle, temps nécessaire à une cicatrisation totale. 

Qui sont les hommes les plus touchés et les plus à risque ? 

Comme dit plus haut, les jeunes hommes démarrant leur vie sexuelle et donc moins expérimentés ont tendance à ne pas maîtriser totalement leurs mouvements qui peuvent être brusques ou trop vifs
De même (et pour n’importe quel homme), un frein trop court est très nettement propice à la rupture car le décalottage ne se fait pas suffisamment en douceur et le frein se retrouve trop rapidement sous tension. On remarque la brièveté du frein par l’inclination légère du gland vers le bas lors de l’érection, signe d’un étirement trop important. 
Enfin, des relations sexuelles très fougueuses sont plus à même de provoquer cet accident. 

Que faire si le frein reste trop court après la cicatrisation ? 

Parfois, le frein se rétracte légèrement après une rupture ou une déchirure (on parle alors de cicatrisation rétractile). Le risque de récidive devient important et l’érection est systématiquement douloureuse. Le recours à la chirurgie est alors vivement conseillé : celle-ci consiste à étirer le frein pour l’allonger davantage, l’inciser légèrement ou bien le supprimer totalement. En effet, il est possible de ne plus avoir de frein, ce qui ne gêne en rien l’activité sexuelle par la suite. Cette chirurgie, qui ne dure qu’une dizaine de minutes, est totalement sans danger et ne nécessite qu’une anesthésie locale. 
Cette fois-ci, une abstinence sexuelle d’environ quatre semaines suite à la chirurgie est nécessaire pour une récupération totale. 

Reprendre une vie sexuelle après la rupture de frein 

La crainte d’une récidive est très fréquente lorsqu’un homme ayant été victime d’une rupture de frein souhaite avoir de nouveau des rapports sexuels, d’autant plus lorsque la rupture a eu lieu lors de l’éjaculation ce qui a tendance à le bloquer complètement par la suite à cet instant crucial. Les sexologues recommandent alors de recommencer doucement une activité masturbatoire seul afin de reprendre confiance
Lors des premiers rapports sexuels post-cicatrisation, bien communiquer avec son ou sa partenaire est très important et il est conseillé de commencer en douceur par des préliminaires puis d’utiliser du lubrifiant pour une meilleure aisance lors de la pénétration. 

Le respect d’un minimum de quinze jours d’abstinence (dans le cas d’une cicatrisation simple sans intervention chirurgicale) n’est pas à prendre à la légère. Certains hommes un peu trop pressés, en pensant que la cicatrisation est suffisante, auront la mauvaise surprise de recréer une rupturePatience, donc !

Diagnostic différentiel 

Si lors de rapports sexuels vous observez des saignements, une douleur inhabituelle ainsi qu’un gonflement de la verge, la piste de l’infection sexuellement transmissible (IST) est alors à suivre en priorité car l’œdème du pénis n’est jamais synonyme d’une rupture du frein

Conclusion 

La rupture du frein reste un évènement relativement rare dans la vie d’un homme. Bien que le saignement abondant puisse faire très peur, cette petite hémorragie est sans gravité. Pas de panique donc, une rupture du frein se guérit vite et n’affecte en aucun cas votre vie sexuelle par la suite à condition d’avoir veillé à une bonne cicatrisation et d’avoir consulté le professionnel adapté !

Posez toutes vos questions