L’impuissance masculine

La dysfonction érectile, plus connue sous le terme “impuissance”, est un trouble de l’érection qui touche un homme sur 3 après 40 ans et un homme sur deux après 50 ans.

C’est un sujet tabou et pourtant très courant, les hommes mettent en moyenne 4 ans avant de consulter un spécialiste.

Comprendre l’origine des troubles sexuels masculins permet de mieux les appréhender.

Les troubles de l’érection peuvent être ponctuels, mais ils peuvent être aussi les symptômes d’une pathologie sous-jacente passée inaperçue.

Qu’est-ce que la dysfonction érectile ?

Pour bien comprendre le dysfonctionnement érectile, il faut aborder le mécanisme de l’érection.

L’érection est le gonflement et la mise sous tension du pénis pour permettre la pénétration. C’est un mécanisme complexe.

Lorsqu’une stimulation sensorielle a lieu (cela peut prendre la forme d’un fantasme, d’un souvenir, d’une odeur…), le cerveau va produire un influx nerveux grâce au système neurologique qui déclenchera l’apport de sang vers le pénis à travers le système vasculaire.

Il est question de dysfonction érectile, plus familièrement de “bander mou” lorsqu’il y a incapacité à obtenir ou conserver l’érection pendant un rapport sexuel pour qu’il soit satisfaisant. Le trouble peut être modéré lorsque l’érection se produit, mais ne permet pas de faire durer l’acte sexuel, ou sévère si les érections spontanées disparaissent et les stimulations ne provoquent pas de réaction.

Qu’est-ce que la dysfonction érectile peut cacher ?

Les causes de l’impuissance sont nombreuses et toujours multifactorielles.

La baisse du désir sexuel ou l’anxiété

Le désir sexuel varie d’un individu à l’autre. La baisse du désir peut être due à un déséquilibre hormonal. L’andropause, qui est un déficit en testostérone, entraînera des symptômes comme la fatigue, une perte de l’énergie vitale, un syndrome dépressif et des troubles de l’érection.

Le stress est aussi un facteur favorisant la baisse de la libido et l’angoisse de la performance peut déclencher l’effet tant redouté de “bander mou”.

Les maladies cardiovasculaires

Le mécanisme de l’érection implique un bon système cardiovasculaire. Les pathologies cardiovasculaires comme la cardiopathie ischémique ou les pathologies vasculaires périphériques ont des répercussions sur la rigidité à l’érection.

Le cancer et les problèmes de prostate

Le cancer et l’hypertrophie bénigne de la prostate peuvent être des causes de l’impuissance d’où la nécessité de se faire dépister surtout après 50 ans.

Le diabète

Le diabète de type II est une maladie silencieuse à évolution lente. Impuissance, migraine, troubles du sommeil doivent vous alerter.

La dépression

Près d’une personne sur cinq souffre de dépression, celle-ci peut être à l’origine de la dysfonction érectile, mais peut aussi être la conséquence des troubles de l’érection.

La prise de médicaments

Certains médicaments peuvent avoir pour effet secondaire de provoquer une absence de rigidité à l’érection comme par exemple les antidépresseurs, les vasodilatateurs, les traitements contre l’hypertension.

La dysfonction érectile doit vous alerter et être traitée comme n’importe quel trouble en lien avec la santé. Elle peut revêtir un caractère bénin ou révéler une pathologie plus grave qui doit être prise en charge au plus tôt. Parlez-en à votre médecin et sachez qu’il existe des solutions naturelles pour améliorer votre vie sexuelle et rétablir vos fonctions érectiles.