Problème d’Impuissance Sexuelle – Pourquoi s’en préoccuper rapidement ? Evite-t-on les problèmes graves ?

Sommaire

Problème d’impuissance sexuelle : Pourquoi il est important de s’en préoccuper rapidement pour éviter des problèmes plus graves ? 

Les causes d’un trouble de l’érection peuvent être très variées, passagères ou persistantes, il est nécessaire de prendre en compte le problème dès le départ, car celui-ci peut être annonciateur de problèmes plus graves.
Que le trouble soit d’origine psychique, physiologique ou psychologique, il est nécessaire d’en parler à son médecin pour exclure certaines maladies.

Une origine vasculaire.


Si malheureusement vous avez une érection molle, c’est peut-être un signe de cardiopathie, c’est-à-dire des maladies qui affectent la circulation sanguine au niveau des différentes artères du cœur.
Pouvant se traduire par une hypertension artérielle, c’est un problème conséquent qu’il faut traiter dès le départ, en vous rendant directement chez votre médecin, il pourra exclure cette cause en réalisant un bilan de santé.
Il faut savoir que cette pathologie représente environ 40 % des dysfonctionnements érectiles, ce n’est pas un problème à négliger, surtout qu’il n’y a aucune honte à avoir.
Il a été prouvé scientifiquement qu’à partir du moment où une tension artérielle est supérieure à la normale, cela engendre deux fois plus de problème d’érection chez un homme touché de cette pathologie, par rapport à un homme possédant une tension normale.
Il est nécessaire également de vérifier le taux de cholestérol. C’est un facteur aggravant car le cholestérol se dépose le long des parois artérielles, impliquant directement un rétrécissement de celle-ci.
De ce fait, le flux sanguin venant alimenter les corps caverneux, n’est pas optimisé, ce qui empêche l’érection.
Étant donné que le dysfonctionnement érectile peut-être annonciateur d’une future maladie cardiovasculaire, il est nécessaire de prendre toutes les précautions dès le départ en évitant d’une part les pannes sexuelles récurrentes, mais également en ne vous exposant pas à des problèmes de santé beaucoup plus conséquent.

La problématique du diabète.


L’impuissance masculine peut également être due à une maladie en constante augmentation, que l’on appelle le diabète.
En effet, on observe un trouble sexuel chez de très nombreux diabétiques, avec un taux estimé entre 35 et 75%. C’est une conséquence directe qui agit sur les artères et sur les nerfs et même si cette pathologie reste toujours difficile à en parler, il faut savoir que ce dysfonctionnement est plus couramment répandu que vous ne le pensez, d’ailleurs on observe plus souvent une érection molle chez les sujets atteints, que des complications oculaires.
Plus le patient possède un âge avancé, plus le diabète aura tendance à avoir une influence néfaste sur le corps spongieux.
C’est peut-être le premier signe d’un problème clinique impliquant une maladie diabétique, tout comme un problème cardiaque ou vasculaire, qui peut être directement diagnostiqué via un rendez-vous chez votre médecin traitant.

Les maladies neurologiques.


Différentes maladies jouent également un rôle sur les différents dysfonctionnements du processus érectile, on peut citer par exemple la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, les personnes victimes d’un AVC ou encore les personnes sujet à l’épilepsie.
À partir du moment où la maladie neurologique atteint les nerfs, il y a un risque élevé d’avoir une incapacité érectile.
C’est le cas également après des opérations de chirurgie, les conséquences d’un traumatisme ou le suivi d’une radiothérapie.
Cela peut également être le signe d’une autre maladie neurologique, appelé la sclérose en plaques.
Plus la maladie sera diagnostiquée précocement, meilleur sera le traitement à appliquer pour le patient.

La chirurgie de la prostate.


Au-delà des problèmes physiques, de la physiologie ou psychologie, la chirurgie de la prostate est un acte avec des conséquences importantes chez l’homme.
Pour prémunir contre les risques de cancer, l’ablation est une intervention chirurgicale en utilisant des techniques très précises, mais malheureusement pouvant causer des problèmes d’érection.
Étant donné que les nerfs érecteurs se situent à proximité de la glande prostatique, il est parfois nécessaire de procéder à une ablation de ces différents tissus, pour prémunir d’une prolifération du cancer.
Même si l’équipe chirurgicale est bien entraînée à ce genre d’opération, ils ne peuvent prendre le moindre risque et dans ce cas-là la perte de l’érection peut être une conséquence directe de cet acte chirurgical.
Néanmoins, il est possible de retrouver une érection satisfaisante et de lutter contre l’impuissance masculine, en optant pour un traitement adapté.
Il ne faut pas négliger l’impact du cancer de la prostate sur la vie de couple. Il touche environ 50 % des hommes après l’âge de 60 ans, ce qui entraîne forcément des conséquences directes sur la vie de couple.
La priorité reste bien évidemment de traiter le cancer, avec une prise en charge pour une thérapie adaptée.
Ensuite, il nécessaire de procéder à une rééducation, par exemple par injection intra caverneuse en utilisant des substances actives.

La prise de médicaments.


Si un symptôme d’impuissance est décelé alors qu’une prise de médicaments est en cours, il est possible que les médicaments agissent avec un effet secondaire nuisible, pour une vie sexuelle épanouie.
Il est fréquent que les excès de cholestérol, les médicaments des troubles cardiaques mais également les médicaments pour l’hypertension, agissent directement sur le corps spongieux, empêchant un afflux sanguin régulier. Il est à noter que les médicaments traitants des troubles psychiatriques comme les antidépresseurs, les anxiolytiques ou encore les neuroleptiques, sont des médicaments nuisibles sur l’épanouissement sexuel.
Il est important de suivre un traitement adapté tout en obtenant une vie sexuelle satisfaisante. C’est un juste compromis que votre médecin traitant devra trouver, en ajustant les dosages ou en vous réorientant vers d’autres médicaments, comprenant beaucoup moins d’effets secondaires sur ce point-là.
N’arrêtez pas la prise de médicaments sans en avoir parlé à votre médecin au préalable.

La consommation d’alcool et de tabac.


Dans la sédentarité, on a tendance à se tourner vers la consommation de tabac qui est malheureusement reconnu pour entraîner une hypertension et de l’artériosclérose, maladie endommageant la paroi artérielle, notamment encourageant la fuite veineuse, cela se traduit par une incapacité pour le pénis à maintenir le flux de sang, entraînant une érection molle.
La prise de drogue et la consommation d’alcool, sont également des facteurs aggravants qui agissent directement sur l’érection, une baisse de testostérone entraîne indéfectiblement une baisse du désir sexuel. Plus la personne sera consommateur de tabac et d’alcool, plus elle augmentera sa dépendance vis-à-vis de ces différentes substances, qui ont des effets très néfastes avec un risque de trouble sexuel accru.

L’âge de la personne.


Le vieillissement naturel est un processus qui engendre une impuissance masculine avec le temps, on constate une diminution notable du désir sexuel, mais également de la motivation ainsi que de la sensibilité du pénis.
Cela contribue à une baisse de la fréquence des érections matinales et nocturnes ainsi qu’une force de l’éjaculation qui sera en berne.
Ces différentes constatations sont dues à une baisse naturelle de la testostérone.

La dysfonction érectile.


Les différentes pathologies qui ont été évoquées précédemment, avec des causes physiques, qu’il s’agisse d’un problème cardiaque ou vasculaire, ou d’une maladie influant sur l’érection.
Mais il existe également des troubles physiologiques ou psychologiques qui empêchent l’homme d’avoir une érection satisfaisante.
C’est le cas par rapport à la performance. L’anxiété que cela génère chez les hommes entraîne irrémédiablement, des troubles au moment du passage à l’acte.
Beaucoup plus fréquent qu’il n’y paraît, cette anxiété de la performance est souvent constatée au cours du premier rapport sexuel.
En effet, les hommes redoutent de ne pas pouvoir satisfaire la femme, notamment après une longue période d’inactivité où ils n’ont pas été capables d’être eux-mêmes heureux sexuellement.

La peur d’une érection molle.


Même si l’homme n’est pas anxieux par nature, il peut développer un stress par rapport à une érection insuffisante, par rapport à la durée ou par rapport à la dureté.
Il ne s’agit pas de remettre en cause son état d’excitation, mais plutôt la peur de l’insatisfaction au cours d’un acte sexuel.
C’est une angoisse qui est exprimée au cours du rapport et qui peut être une cause sous-jacente, d’un profond malaise intérieur.
Si ce dysfonctionnement n’est que temporaire, il n’y a pas de raison de s’inquiéter, mais si cela se produit régulièrement, il est important d’en parler à son médecin, pour éliminer d’une part un facteur organique mais également mettre en place un traitement adapté, dans le but de retrouver une certaine confiance en soi.

La vie de couple.


Lorsque l’on est en couple depuis un certain temps, une certaine routine peut s’installer dans les différentes pratiques sexuelles, l’enthousiasme des premiers rapports sexuels, a laissé place à des rapports beaucoup moins fréquents et surtout davantage programmés.
Cela entraîne une insatisfaction générale, pouvant clairement nuire sur les performances sexuelles de l’homme.
Cela résulte souvent d’une incapacité à communiquer, entraînant une routine dans le couple.
Mais c’est également un signe d’une vie conjugale avec des problèmes récurrents, entraînant des profonds conflits, comme par exemple une jalousie maladive ou des déceptions dans la vie de couples qui n’ont jamais été évoqués.
Ces différentes perturbations d’ordre psychologique, influent directement sur le désir sexuel.
Étant donné que la relation affective n’est pas satisfaisante dans le couple, il est difficile d’être en bonne condition pour un passage à l’acte.

Le stress du quotidien.


Dans notre vie actuelle, c’est un facteur très courant qui est souvent négligé.
Pourtant une dysfonction érectile, peut souvent être la cause d’une anxiété générale dans la vie courante ou par rapport à un événement particulier.
La mise à la retraite, la perte d’un emploi, des soucis financiers, la sédentarité, des problèmes familiaux ou n’importe quel autre souci qui focalise l’esprit de l’homme.
S’il se sent épanoui dans sa vie, il aura tendance à multiplier les relations sexuelles et être davantage motivé à avoir un rapport sexuel.
Mais si son esprit est préoccupé par les différents tracas de la vie, engendrant un stress permanent, il sera plus difficilement opérationnel.

Conclusion.


Il a été vu dans cet article, différentes sources par rapport à des problèmes érectiles, qu’ils soient d’ordre physique ou d’ordre psychologique, il est important de traiter le problème à la base en n’hésitant pas à consulter son médecin traitant.
Bien souvent le regard des autres, la peur de se rendre chez son médecin, constitue un facteur bloquant pour ne pas avoir une vie sexuelle épanouie.
Pourtant, être touché par une dysfonction érectile arrive fréquemment au cours d’une vie sexuelle, pour éliminer des causes sous-jacentes beaucoup plus graves, il est important de faire un bilan de santé dès le départ.

Posez toutes vos questions